Neutralité du net


Lors de la réunion de haut niveau à l’OCDE au mois de juin dernier « The Internet economy : generating innovation and growth », les participants ont essayé de rédiger un communiqué (version anglaise / française) qui a eu un certain retentissement car il ne tenait pas assez compte de la neutralité du net.

Qu’est-ce donc que la neutralité du net et pourquoi est-ce aussi essentiel ?

« La neutralité du Net ou la neutralité du réseau est un principe qui garantit l’égalité de traitement de tous les flux de données sur Internet. Ce principe exclut ainsi toute discrimination à l’égard de la source, de la destination ou du contenu de l’information transmise sur le réseau.« 

Source : Wikipedia.

Il en découle que normalement les utilisateurs ne doivent subir aucune gestion du trafic Internet qui limite l’accès aux informations demandées (site, vidéos, musique, …).

Il est évident que c’est souhaitable mais est-ce réaliste ?

N’est-ce pas en contradiction avec la notion de qualité de service et par exemple d’une garantie de débit : quelque soit le moment de la journée, vous pouvez accéder à Internet avec la même vitesse de connexion, même si tout le monde est en train de télécharger le dernier Harry Potter !

Vous voyez que ce n’est pas si simple …

Essayons donc de creuser un peu le sujet.

La neutralité du net repose sur 4 principes :

  1. Transmission des données par les opérateurs sans en examiner le contenu ;
  2. Transmission des données sans prise en compte de la source ou de la destination des données ;
  3. Transmission des données sans privilégier un protocole de communication ;
  4. Transmission des données sans en altérer le contenu.

Transmission des données par les opérateurs sans en examiner le contenu

Ni les FAI (fournisseurs d’accès à Internet, comme Orange, Free, SFR, Bouygues, …), ni les opérateurs télécoms (qui sont parfois les mêmes, surtout en France) ne doivent regarder ce que vous recevez ou émettez comme information, vous devez être libre de faire ce que vous souhaitez.

Est-ce la réalité ? Pas tout à fait, n’est-ce pas ? Un simple exemple, la détection des spams.

Transmission des données sans prise en compte de la source ou de la destination des données

Imaginons que nous soyons le 31 décembre et que vous souhaitez envoyer des mails à tous ceux que vous aimez.  Vous avez constaté que les courriels n’arrivent pas en même temps. Pourquoi ? Entre autres raisons car le FAI va, légitimement, favorisés ses abonnés en leur offrant une meilleure qualité de service. Par exemple, si vous êtes chez Orange, tous vos correspondants qui sont aussi chez Orange pourraient bien recevoir tout de suite votre message, les autres patienteront un peu, …

Le précédent cas est plutôt rare, le suivant un peu moins : les spams.

Vous savez qu’il n’est pas facile de les définir, je vous laisse imaginer que l’on doit bien se servir de la source du message pour le faire.

Encore une fois, tout n’est pas blanc, tout n’est pas noir, …

Transmission des données sans privilégier un protocole de communication

Alors là, nous entrons dans un domaine technique donc complexe pour les non informaticiens.

Toutefois comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, vous utilisez différents protocoles sans le savoir.

Qu’est-ce qu’un protocole de communication ? Pour faire simple, c’est le moyen, la technique qui permet d’acheminer une information d’un point A à un point B. Sur Internet, en fonction du type de l’information, on n’utilise pas la même technique : pour envoyer un mail ou regarder une vidéo, les moyens de transmission de l’information sont différents.

Vous me voyez venir : HADOPI et consoeurs, … En clair en fonction du contenu, vous ne pouvez pas faire tout ce que vous voulez. Pour la messagerie électronique (les mails), il n’existe quasiment aucune restriction. C’est assez différent concernant la vidéo (pourquoi Netflix n’est-il pas encore en France ?) et encore plus pour la musique : essayez d’écouter Spotify en Italie 😦

Avec les batailles passées et à venir, on comprend bien que deux positions existent et que le consensus n’existe pas pour le moment.

Transmission des données sans en altérer le contenu

C’est le point le moins sensible tant qu’il ne s’agit pas de données « sensibles » justement. Hormis dans les cas d’espionnage ou d’intelligence économique comme on dit maintenant, les altérations de contenu sont rares. Quoique …

En effet lors d’un passage d’un système d’exploitation à un autre (par exemple de Windows à OS X), nous pouvons avoir de mauvaises surprises.

Néanmoins, ce n’est pas malveillant, et les éditeurs essaient toujours de corriger ce type de dysfonctionnements.

 

Conclusion

Maintenant que nous avons détaillé ces différents points, je pense, j’espère que vous avez une meilleure compréhension du sujet et que mon billet vous donne quelques pistes pour aller plus loin.

N’hésitez pas à me contacter pour que nous avancions ensemble.

J’attends vos commentaires avec impatience.

 

En savoir plus :

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Neutralité du net »

  1. Yann.

    Ne penses-tu pas que les 4 principes de la neutralité du NET sont un peu limités ? La neutralité ne sous-entend pas forcément la liberté à outrance. Si l’on s’arrête à ces principes, penses-tu sincèrement qu’ils sont en totale adéquation avec la déclaration des droits de l’Homme, qui est la seule convention reconnue par la majorité absolue de la communauté internationale pour régir la société dans laquelle nous vivons ? Car je vois dans ce qui constitue la neutralité du NET, déjà, le non respect fondamental de la liberté de chacun. Par conséquent, ces quatre conceptes ne peuvent être uniquement la législation du NET. Je pense que les objecteurs du communiqué de l’OCDE (les mêmes que ceux qui refusent une législation du NET exprimé lors du G8 Internet) sont les mêmes : idéalistes (?), manipulateurs (?), anarchistes (?), humanistes (?), ou bien tout simplement économistes !? En réalité, on s’apercoit que le net permet d’accéder à la plus grande liberté individuelle de tous les temps. Mais est-il compatible avec le fondement même de notre société d’aujourd’hui ? Malheureusement et Heureusement, non. Idéalement, je préfèrerais ne pas voir apparaître de législation sur Internet. Mais encore faudrait-il pour cela apparatenir à un autre monde que le nôtre ! Par conséquent, il est tout à fait légitime de vouloir réguler et surveiller Internet. Et pour le faire, laissons la communauté internationale apposer des règles communes, et les pays les compléter selon leurs Législateurs.
    Yann

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s