Archives pour la catégorie Publicité

SEO, SEA, SEM, SMO !!!

Commençons par la base et définissons les différents acronymes:

  • SEO (Search Engine Optimization) : en français référencement naturel, ref nat, référencement organique ou gratuit est l’activité liée au positionnement de votre site dans les moteurs de recherche.
  • SEA (Search Engine Advertising ou encore PPC, CPC -Coût Par Clic) : ne pas confondre liens sponsorisés (achat d’espace et de mots clefs sur les moteurs de recherche comme sur Google Adwords) et référencement payant (services payants pour s’inscrire dans des annuaires, des moteurs, des comparateurs). Le SEA consiste à positionner son site dans les moteurs de recherche en contrepartie d’un paiement.
  • SMO (Social Media Optimization) : en français optimisation sur les réseaux sociaux. Cela consiste à donner plus de visibilité à un site à partir des réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Youtube, Dailymotion, Digg … A ne pas confondre avec le SMM (Social Media Marketing) qui est le travail relationnel entre l’entreprise et sa communauté sur les réseaux sociaux.
  • SEM (SM, search engine marketing ou search marketing) : en français référencement ou « search ». Cela désigne l’ensemble des activités liées au référencement de votre site sur les SERPs (Search Engine Results Pages : pages des résultats de recherche).

Donc pour résumer SEM=SEO+SEA+SMO.

Merci à Léonard Rodriguez de LRWEB duquel j’ai extrait le texte ci-dessus.

Crédit photo : LRWEB

Publicités

Groupon : fausse bonne idée

Quasiment tout le monde a entendu parler de Groupon (site de bonnes affaires) qui connaît a connu un succès fulgurant !

Groupon avait le vent en poupe il y a peu et on lui prédisait une IPO en fanfare, mais que se passe-t-il ces derniers temps ?

On parle de décalage, voire même de non introduction en bourse …

Il se peut donc que le modèle ne soit pas aussi pérenne que cela.

Voici un début d’explications avec 5 failles identifiées :

  1. Être plus transparent ;
  2. Accompagner ses partenaires ;
  3. Veiller à la qualité des deals ;
  4. Payer les partenaires plus rapidement ;
  5. Mieux cibler les offres.

Pour aller plus avant sur le détail de ces failles, c’est sur Frenchweb.fr.

Pages Jaunes + Amazon ~= Urban Dive

Pages Jaunes a lancé il y a deux mois un nouveau service – Urban Dive –  qui est un Google Street amélioré avec des vues immersives.

Ce système a été fait en partenariat avec le ministère de la Culture, Expedia, Qype, Allociné, la Fnac et s’est appuyé sur AWS (Amazon Web Services) avec Ysance comme prestataire.

Jean-François Paccini, directeur technique du pôle Internet de Pages Jaunes, explique dans un article sur le mag IT comment Pages Jaunes a mis en oeuvre AWS. En voici un extrait :

« Notre expérience avec Amazon est liée à notre projet Urban Dive, lancé officiellement il y a deux mois avec le ministère de la Culture. Il reprend le principe de Street View pour la visualisation d’images auquelles du contenu social, ou issus de Pagesjaunes et de partenaires, peut être ajouté pour créer un nouveau service et découvrir la ville, ce qui vous entoure, les manifestations et événements à proximité, ce que vos amis font dans cet endroit… Il s’agit d’un projet innovant en matière de services.

    Ce qui a été séduisant dans le cloud et dans AWS, a été l’agilité. Les développements ayant commencé from scratch il y a un an et demi avec une petite équipe, il fallu développer, supprimer, re-développer et sortir plusieurs builds. Nous avons testé plusieurs bases de données pendant plusieurs mois. Changé d’avis plusieurs fois. Nous avons appris en avançant. Ce qui était important avec le Cloud et AWS, c’est que nous n’étions pas bloqués par les décisions prises dans le passé. Dans le monde on-premise, si vous choisissez d’acheter une licence d’un serveur et une base de données, vous ne pouvez pas les jeter après deux moins d’utilisation. Cette capacité à expérimenter et surtout à pouvoir changer d’avis est importante. »

Je vous invite à lire tout l’article sur lemagit.fr.

QR code : que faire avec ?

 

On va ces codes 2D se multiplier de plus en plus dans les rues et les magazines.

Mais sont-ils bien pensés afin d’avoir une efficacité maximale ?

Je n’en suis pas sûr : combien de mobinautes arrivent sur un lien brisé ou une plateforme non adaptée à un mobile après un scan ?

Je vous propose de lire un petit article sur le sujet issu de l’Atelier.

AdVideum lance un pôle de recherche et développement

La vidéo sur Internet est un levier plus qu’intéressant pour tout annonceur.

C’est aussi un marché en pleine croissance sur lequel il faut se démarquer et donc faire preuve d’originalité et d’efficacité afin de maximiser le taux de conversion.

C’est dans cette démarche que s’inscrit l’initiative d’AdVideum qui va développer de nouveaux formats vidéos.

Voici l’extrait d’un article tiré du « Journal du Net » :

« La régie vidéo AdVideum annonce le lancement de Le Lab, un pôle de recherche et développement dédié aux formats publicitaires vidéo innovants. Cette structure sera sollicitée pour développer de nouveaux formats pour chaque client. L’AdVideum Lab a par exemple imaginé un « pre-roll Facebook » pour les céréales Tresor Kellogg’s intégrant un bouton permettant de devenir fan de la marque et un format pour Chevrolet disposant d’un bouton « Demande d’essai ».« 

L’Art de l’enchantement

Je viens de terminer le dernier livre de Guy Kawasaki « l’Art de l’enchantement » et c’en fut un !!

« Croire en une idée qui offre au client quelque chose d’absolument unique est d’une importance capitale, mais c’est aussi tout un art, dont ce livre capture l’essence même. Une très bonne idée a le pouvoir de transformer le marché, de révolutionner l’expérience de chaque client. Le lecteur trouvera ici quantité de conseils inestimables pour permettre à son entreprise d’exploiter son potentiel. »

Guy nous donne de nombreux conseils pour améliorer l’efficacité de votre communication.

Parmi tous ces conseils, je vous livre ceux pour ne pas vous laisser prendre par une proposition enchanteresse :

  • Si j’attendais une semaine, je prendrais la même décision.
  • Dans un an, cette décision sera encore la bonne.
  • J’ai fait mon travail de recherche en lisant des revues et rapports indépendants sur ce produit, ce service, cette société ou cette idée.
  • Je suis tout à fait conscient du coût total de cette décision, installation, support, maintenance, souscription et mises à jour compris.
  • Cette décision ne fera de mal à personne.
  • Cette décision ne sera pas excessivement nuisible à l’environnement.
  • Cette décision n’est pas contraire à l’éthique, la morale ou la loi.
  • Cette décision ne donnera pas un mauvais exemple à mes enfants.
  • Si personne ne voyait ce que je fais, je le ferais quand même.
  • Si tout le monde voyait ce que je fais, je le ferais quand même.

Qu’en pensez-vous ?

Web Experience Management

WEM ou Web Experience Management : je découvre cet acronyme aujourd’hui !

Qu’est-ce que recouvre la gestion de l’expérience utilisateur d’un internaute/client ?

« Cette plate-forme permet aux entreprises d’optimiser la manière dont elles créent des expériences multicanal captivantes au profit des ventes, des services et des interactions avec le client. »  WTF 🙂

Adobe avec sa solution CQ5 est un des promoteurs de ce concept.

Pour en savoir plus, je vous invite à lire l’article paru sur l’informaticien.be. On ne rigole pas, au contraire, c’est très bien.

La Cnil et la DGCCRF: un duo pour protéger les internautes

J’ai assisté le 13/01 à une mini-conférence du président de la CNIL : Alex Türk.

Son propos était de nous faire réfléchir sur la possibilité d’être heureux dans le monde numérique étant donné la perte de confidentialité ou d’intimité qui se développe.

La CNIL n’est pas le seul défenseur de nos droits, la DGCCRF aussi et l’extrait suivant d’un article d’E-Marketing le montre bien :

La Cnil sera obligatoirement tenue informée des manquements à la Loi Informatique et libertés, relevés par les enquêteurs du Service national d’enquête de la DGCCRF lors de leurs contrôles. Selon Frédéric Lefebvre, il semblerait «également utile de renforcer cette collaboration en inscrivant dans la loi l’habilitation des agents de la DGCCRF à constater les manquements à la Loi informatique.

Qu’en pensez-vous ?

Pour en savoir plus, lire l’article sur e-marketing.fr.

Echec de l’OPA de Google sur Groupon ?

Si vous souhaitez avoir quelques explications sur les motifs de cette opération, lisez cette interview de Paul Kedrosky parue dans AdAage.com.

We asked him if he thinks the startup world is overheated and what he thinks Groupon should do.

Mr. Kedrosky: I don’t care about specials in a three-block area of Brooklyn. I just don’t care. So yes, there’s definitely a billion-dollar hyper-local ad market but the right way to see it is there’s a $15,000 local ad market. There’s a whole bunch of many, many small markets. The whole idea of many companies or people is to get 1% of a giant number, but local doesn’t work that way. It’s 100 markets of all varying sizes. Given that you don’t have Facebook’s traffic on your site nor do you have salespeople in all those regions, how are you going to do it? And the answer I get from all the people who pitch me is « I’ll just build a fantastic platform and they’ll all come to me. » Which won’t happen.

Lire l’article complet.